À la défense de principes fondamentaux

Lors de la conférence de presse tenue à Québec avant-hier, nous avons invoqué cinq principes fondamentaux pour justifier la poursuite de notre action en justice qui vise l’annulation des contrats intervenus entre l’administration Labeaume et Quebecor Media Inc. pour la gestion du nouvel amphithéâtre.

  1. L’égalité de tous les citoyens devant la loi, y compris les élus qui doivent rendre compte de la légalité de leurs gestes devant les cours de justice, le cas échéant.
  2. L’indépendance du pouvoir judiciaire, violé selon nous par la loi 204 qui vise à empêcher l’application du premier principe en mettant le maire à l’abri de poursuites éventuelles pour des actes présumés illégaux.
  3. Le respect des droits démocratiques des citoyens, dont le droit à la dissidence, à la liberté d’opinion et à l’accès aux tribunaux, sans entrave arbitraire.
  4. Le respect sans équivoque par les élus des normes élémentaires en matière d’éthique et de transparence, notamment dans l’octroi des contrats.
  5. Le droit pour tout citoyen de faire obstacle à l’utilisation abusive et illégale de fonds publics au profit d’individus multimillionnaires et d’entreprises commerciales florissantes, au moment même où des milliers de personnes, dans de nombreux pays, protestent contre les avantages excessifs octroyés par les gouvernements aux mieux nantis de la société.

 


This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.